BACK

Lavie propose du linge de maison confectionné de manière éthique et durable au Portugal, à partir de lin et de coton biologiques. Des pièces qui apportent une touche d’intemporalité à un intérieur, dans l’idéal pour toute une vie.

 

17.11.2022
Caroline Maurer et Käthi Bänteli

Le respect au centre de la collaboration

Alors que le textile durable s’invite aussi dans ta salle de bain, dans ta cuisine et dans d’autres pièces de ton logis, on est tenté de se demander comment l’éthique s’intègre aux relations nouées avec les personnes qui confectionnent les articles. Proposant nappes et autres parures de lit, Lavie Home est une marque de linge de maison qui nous fait découvrir sa collaboration avec ses ateliers de confection au Portugal.

La plupart de nos fabricant·e·s, avec lesquels nous collaborons directement depuis plusieurs années déjà, vivent au Portugal, aux alentours de la jolie petite ville de Guimarães. Lorsque nous visitons les ateliers avec nos partenaires, nous pouvons voir comment sont teintes les parures de lit Louise et tissées les serviettes de bain Tilda, mais aussi découvrir les nouveautés ou commenter l’actualité de notre branche, ou encore discuter de nos dernières vacances. Et même lorsque nous ne sommes pas sur place, nous restons étroitement en contact, car nous avons presque tous les jours l’un ou l’autre détail à régler. Autant dire que nous nous connaissons bien aujourd’hui.

Il nous tient à cœur de nouer une véritable collaboration. En effet, nous ne voyons pas nos fournisseurs comme des inconnu·e·s habitant dans un pays éloigné, mais comme des égaux, comme des partenaires d’affaires avec lesquels nous échangeons avec respect, résolvons des problèmes et remédions à des erreurs, et tout cela main dans la main.

Fabrication au Portugal, gage du respect des normes européennes

Étant donné que la fabrication prend place au Portugal, nos fournisseurs sont soumis à la réglementation européenne, qu’ils doivent appliquer lorsqu’ils emploient leur personnel. Nous avons donc une certaine assurance que les normes européennes sont respectées sur toute la ligne. Mais ce n’est pas tout, car l’ensemble de nos partenaires disposent aussi de labels dont les exigences sont supérieures aux normes applicables. Qu’il s’agisse d’Oeko-Tex, de GOTS, de Made in Green ou de BSCI, pour ne citer que ceux-là, il existe un large éventail de labels qui partagent notre vision et qui ont notamment pour cheval de bataille la question du travail forcé, de la santé au travail, du travail des enfants ou du salaire décent, c’est-à-dire une rémunération permettant au travailleur·euse de subvenir à ses besoins. Ce salaire, qui représente à nos yeux l’un des problèmes le plus épineux auxquels doit s’attaquer notre secteur, est souvent bien supérieur au montant minimal inscrit dans la loi.

Contrôle du métier à tisser par Oliver Balsiger.
Le charmant centre historique de la ville de Guimarães, au Portugal.

En amont dans la chaîne d’approvisionnement

Pour véritablement entrer dans le vif du sujet, il faut remonter dans la chaîne d’approvisionnement : au Portugal, nos fournisseurs sont des tisserand·e·s, des teinturiers·ères et des couturiers·ères hors pair, mais ce n’est pas dans ce pays que se trouvent les champs de coton ni les filatures. Les matières premières et le fil que l’on en tire proviennent en effet de bien plus loin, à savoir de pays comme l’Inde, le Pakistan ou le Kazakhstan. Or, dans les États producteurs d’Asie, la loi protège rarement les travailleurs·euses comme il se doit. Sans compter que nous n’avons aucun contact direct avec ces sites de production situés plus en amont dans la chaîne d’approvisionnement, de sorte que nous ignorons le fonctionnement et la démarche de ces sociétés. Étant donné que nous sommes une petite enseigne au pouvoir d’influence plutôt limité, nous nous en remettons pour l’instant totalement à notre label GOTS : cette certification garantit que toutes les entreprises comprises dans la chaîne d’approvisionnement d’un article respectent des normes sociales et environnementales bien définies, qui garantissent notamment des conditions de travail décentes à tous les travailleurs·euses.

Inscrire l’éthique tout au long de la chaîne d’approvisionnement

Toutefois, ces efforts nous paraissent insuffisants, et pas seulement parce que nous nous sommes engagés à poursuivre les objectifs de durabilité définis par STS 2030 : nous souhaitons en effet aller un cran plus loin et appliquer le haut niveau d’exigences et l’ensemble rigoureux de principes que nous avons définis pour œuvrer en faveur de salaires et de conditions de travail décents tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Pour y parvenir, nous misons sur la transparence, sur l’établissement d’un lien fort avec nos partenaires et sur la solidarité de notre communauté, car nous n’y arriverons pas sans unir nos forces. #reflectyourstyle

Contrôle de la couleur sur la base du modèle au Portugal.

As-tu des suggestions ou des critiques ? Comment exprimes-tu ton style et quels habits t’accompagnent au long de la journée ? Dis-le-nous avec le hashtag #reflectyourstyle sur les réseaux sociaux – Instagram ou Facebook – ou par e-mail initiative@sts2030.ch

SHARE WITH FRIENDS

Das könnte dich interessieren

Stories 17.11.2022 Fabienne Anliker et Rebekka Sommerhalder Une mode durable dans ta boutique favorite Comment les boutiques proposant des vêtements éthiques s’approvisionnent-ils exactement ? Et quelles sont les valeurs qui les guident dans leur démarche ? Glore Suisse t’expose quels sont les critères présidant au choix de ses gammes qui lui permettent de proposer des vêtements aussi éthiques que possible.
Stories 17.11.2022 Kaspar Schlaeppi L’économie circulaire des vêtements Il y a des spécialistes du textile qui donnent une seconde vie à l'immense quantité de vêtements dont plus personne ne veut. Parmi eux, les têtes pensantes de Rework, qui nous expliquent comment elles remettent ces pièces en circulation.
BACK TO TOP